AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Noblesse et Grand Jeu en Aeria.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MJ/PNJ
+ Date d'inscription : 02/07/2012
+ Messages : 472
+ Orbes + Orbes : 308
avatar
Limlug
Message Dim 15 Fév - 19:34

Le régime en place
Aeria est une terre qui mêle en son sein intrigues et traditionalisme, décadence et protocoles. La plupart du temps, les personnes extérieures au pays se retrouvent perdus face à la tonne de subtilités parfois très absurdes de ce pays qui est considéré "difficile à vivre". La différence entre nobles et gens du peuple est très grande et si les plébéiens mènent en général une existence qui ne diffère pas trop de celle des habitants des autres pays, la noblesse se complique d'usages interminables, de jeux de pouvoirs et de protocoles absurdes.

Officiellement, Aeria est une oligarchie dynastique mais la dominance du pays a changé de main plusieurs fois entre les familles de haute noblesse et petit à petit, et le régime s'en est vu modifié. Nous sommes à présent dans la ploutocratie pure et simple, dans un système où l'argent constitue la base principale du pouvoir. Le Gouverneur règne sur le pays avec un séant composés des membres des quatre familles les plus riches d'Aeria: les Ortega, les Gorgo, les Quinto et les Garcez. Le Gouverneur en place - les Ortega détiennent le pouvoir depuis plus de deux cents ans- s'entoure de conseillers de ces mêmes familles et les lois et problèmes sont concertés en circuit fermé: le peuple n'a que peu de poids en Aeria. Les rares suffrages existant sont censitaires, c'est-à-dire réservé à ceux qui peuvent payer taxes et impôts. C'est pour cela que la classe des commerçants a un énorme poids dans le pays, bien que restant des bourgeois par rapport à l'immense richesse de la haute noblesse Aerienne. La petite noblesse n'est définie que par sa richesse: si une famille augmente sa richesse, elle peut "monter en grade" et devenir membre de l'élite politique. Mais depuis des centaines d'années les quatre familles dirigeantes fomentent pour garder leurs place et exclure tout nouvel arrivant: c'est ce qu'on appelle le Grand Jeu.

Le terme "Grand Jeu" a été créé il y a deux cent ans par un cynique de la famille Aldana del Pilar y Gorgo, voyant les intrigues des grands comme une distraction autant que comme une nécessité. L'expression englobe les malversations et les plans des nobles, de la haute ou petite noblesse, pour maintenir ou augmenter leur pouvoir bien que le terme aille plus avec le fait que les quatre familles régnantes cherchent à se maintenir à la tête du pays, à influencer le plus possible le Gouverneur en place, à gagner toujours plus d'argent et à repousser l’accession à l'élite des familles de petite noblesse. On y comprend les mariages, assassinats, intrigues amoureuses, chantages et corruption et autres manipulation pour se maintenir à sa place.

Il existe une autre force au pouvoir qui rend le rôle de Gouverneur un peu fantoche. Deux des quatre familles régnantes ont pour ancêtre direct un dragon, les Quinto et les Gorgo, farouchement opposés à l'autre depuis des centaines et des centaines d'années. Deux dragons jumeaux: le dragon de Ténèbres Tau-Lemegeton-Orobas pour les Gorgo et son frère de Lumière, Phi-Trismegistos-Hermetica, pour les Quinto. Ces très anciennes créatures sont si proches des humains que toute personne non Aerienne comprendrait aisément qu'eux aussi se sont petit à petit inclus dans le Grand Jeu en utilisant les membres de leurs familles, prenant exclusivement des dragonniers de leurs lignées. De tout temps, les mariages entre Gorgo et Quinto ont été formellement proscrits, comme on s'en doute. Nul ne peut aller à l'encontre de cette loi sans risquer la mort. Aux intrigues des Hommes se mêlent celles de Dragons séculaires et ce depuis que le pays porte son nom; il est ainsi difficile de démêler les règles du Grand Jeu ou de se rendre compte que vous êtes utilisé dedans si vous n'êtes pas un noble. Les masques tombent et se récupèrent sans cesse, les amours mènent à la manipulation, les mariages aux alliances les plus précaires ou incongrus. Le Grand Jeu se joue entre nobles mais n'épargne personne: étrangers comme plébéiens peuvent en être les pions et même le Gouverneur n'est pas à l’abri.

Les familles majeures


Famille Rojas della Torre y Ortega
Les Rojas della Torre y Ortega sont le pouvoir en place depuis plusieurs générations. Ils ont su demeurer à leur place malgré le Grand Jeu, et réduire les autres requins à un banc de poissons certes carnivores mais dont ils n'ont pas eu à se soucier en apparence. Les Ortega sont des chefs nés, élevés dans cette optique, afin de faire d'eux des leaders naturels. Bien vus par le peuple, ils sont loin des excès sulfureux des Gorgos, pas aussi maniaques de l'ordre et de la discipline que les Quinto, et passent pour des dirigeants nobles et soucieux du bien-être du pays. Ce sont eux qui ont déclaré la fin de l'esclavage devant les autres nations mais eux encore qui ferment quand même les yeux sur le fait que cela n'ai jamais été qu'une loi fantoche, faite pour satisfaire les gouvernements voisins. Cela explique sans doute pourquoi est-ce qu'ils passent chez les petits pour des partisans du peuple, et chez les grands, pour des hypocrites trop lâches pour ne pas reconnaître qu'ils sont les premiers à avoir encore des esclaves...

Les Ortegas sont souvent des Sang-Dragons et finissent bien souvent alliés à des dragons d'air. Alors, oui, en apparence, les Rojas della Torre y Ortega sont presque irréprochables. Mais l'on ne survit pas longtemps à la tête de l'un des pays le plus corrompu des Territoires par le Grand Jeu sans être soi-même rompu à ses règles et manigances.
Car la colère des Ortega est capable de s'abattre sur tous, ils ont le bras long et gouvernent depuis si longtemps qu'ils n'hésitent pas à se servir de l'armée territoriale pour frapper leurs ennemis. La mort, voilà le juste châtiment de ceux qui s'opposent à la Justice des dirigeants nés. Menaces et chantages sont les armes de cette famille, qui n'hésite pas à frapper fort et violemment, écrasant littéralement leurs opposants et ennemis.

Leur devise : Terror belli, decus pacis : Terreur durant la guerre, ornement pour le temps de paix. Ces derniers savent se faire agneaux au milieu des loups pour mieux dévorer ceux qui s'opposent à eux en les pensant trop faibles pour gouverner. Les Ortegas ne sont pas les plus dégénérés ou corrompus mais assurément ceux qui font le plus usage de la force militaire et de l'intimidation pour s'assurer la cohésion du pays.

Famille Aldana del Pilar y Gorgo
Les Aldana del Pilar y Gorgo sont souvent considérés comme le cancer qui gangrène la noblesse Aérienne: il suffit de voir comment la ville de Carabas, siège de leur pouvoir, est tombée dans la décadence pour se faire une idée. On dit d'eux qu'il vaut mieux éviter de les avoir comme ennemis, parfois même comme amis... ils se revendiquent plus vieille famille d'Aéria, fondateurs du pays, de ses bases économiques et de sa grandeur. C'est un mensonge et une exagération, mais en politique Aérienne beaucoup de choses se fondent sur des mensonges et les Aldana del Pilar y Gorgo en ont un bon paquet; peut-être comme tout le monde mais leur réputation aussi sulfureuse qu'effrayante les suit partout où ils vont. On dit d'eux que ce sont des monstres, pires que des bêtes et même certains galants de la noblesse, pourtant rompus au libertinage évitent leur Lupanars plus que décadents.

La famille fonde sa puissance sur l'argent, le plus directement du monde : les Gorgo ont la main mise sur l'exportation de produits Aériens, sur le commerce de luxe, sur l'esclavage (dont ils sont les fondateurs), sur différents ports du pays et tendent à se réunir en une corporation tentaculaire. Ils ont fondé il y a plusieurs décennies "El Pulpo" (la Pieuvre, avec une majuscule) qui est une sorte de guilde des marchands et cherchent à exporter le concept. Bien sûr ils se font des bénéfices sur les prestations de la guilde et frayent avec celle des voleurs, à n'en point douter. Les Gorgo sont des financiers, des diplomates et des banquiers sans cœurs. Le sens de la famille n'est pas des plus aigüe chez eux et les luttes de pouvoirs sont fréquentes : Daxos Ramon Aldana del Pilar y Gorgo, précédent patriarche de la famille a été assassiné il y a quelques années de cela et tous ont suspecté ses deux fils Ettore et Dilcio. Quelques années plus tard, Dilcio assassinait Ettore et prenait le pouvoir. Voilà comment fonctionne les Alda del Pilar y Gorgo. Leur dragon familial, Tau-Lemegeton-Orobas, s'oppose à celui de la famille Quinto tout comme leurs mentalités, faisant d'eux de parfaits Némésis : chacune des familles ne souhaite que la ruine et la destruction de l'autre et met beaucoup de cœur à l'ouvrage pour ce faire. On y compte autant de Sang-Dragons que chez les Lope de Vega y Quinto, pour la même raison que chez ces derniers.

Les membres de cette famille feraient rougir de honte le plus libertins des nobles Aériens, à l'évidence. Partout en Aeria on conte leurs excès, parfois leurs crimes: l'on dit d'eux que la famille part en déliquescence, se décompose depuis des années suites à leurs excès et leur paresse; on pense qu'ils se moquent à présent du pouvoir si ce n'est pas pour assouvir leurs plaisirs personnels. Plus que des libertins, les Gorgo sont souvent définis comme des "criminels de l'Amour" ou des "Sadiens"; on dit d'eux qu'ils sont envieux de la beauté qu'ils aiment détruire, alcooliques, incestueux, que les vieilles Gorgo boivent du sang pour rester jeunes, qu'ils approuvent le commerce d'humains et qu’ils épousent leurs sœurs. On vous dira beaucoup de choses sur eux, dont la moitié est surement largement fausse. Mais l'autre... mais une chose est sûre: en Aeria, aucune famille n'aime plus se rouler dans l'ordure que les Alda del Pilar y Gorgo.

Leur devise est « More ferarum » : à la manière des bêtes. Il n'est bon de vivre que selon ses désirs et aspirations, de prendre ce qui nous plait, de commettre les crimes qu'ordonne notre cœur car c'est ainsi que sont les humains, selon les Gorgo. On ne peut être sincère que dans l’acceptation de notre partie sombre et seuls nos vices accomplis nous rendent heureux et complets. Beaucoup de choses se font à l’instinct pour eux, y compris la finances et la politique et même s'ils sont conseillés par leur dragon, les Gorgo n'en font souvent qu'à leur tête. Certains disent justement que c'est l'influence de leur Dragon de Ténèbres qui parasite les Gorgo mais c'est une rumeurs de plus sur ces soit-disant croquemitaines incestueux et mangeurs d’enfants...

Famille Lope de Vega y Quinto
Les Lope de Vega y Quinto sont une des plus grandes familles d'Aeria, mais aussi une des plus anciennes. Ayant participé à la fondation des bases de la ploutocratie Aérienne, les Lope de Vega y Quinto sont pourtant bien loin des frasques des Aldana del Pilar y Gorgo, leurs pires ennemis. La famille s'est principalement illustrée dans le domaine militaire, possédant son lot de grands lieutenants et généraux et un très fort pourcentage de Sang-Dragons parmi eux. Cela est dû au fait que la famille descend d'un Dragon de Lumière très ancien, Phi-Trismegistos-Hermetica, qui se lie avec ceux qu'il trouve dignes. Leur relation haineuse avec les Aldana del Pilar y Gorgo remonte à la fondation de leurs familles et n'est pas prête de disparaître.

Les membres de cette famille sont en général des gens austères et droits, les Quinto étant éduqués de manière très martiale, avec un code de l'honneur très strict. L'ascension sociale au sein des Quinto se fait par des actes, jamais par des dires : les Lope de Vega y Quinto sont souvent des gens cartésiens. Le patriarche de la famille attribut des mérites à ceux qui lui ont plu et descend plus bas que terre ceux qu'il juge ineptes, lâches ou mal éduqués. La discipline de fer de cette famille est connue dans les hautes sphères comme dans les plus petites et on dit qu'il ne fait pas bon vivre quand on ne plait pas au patriarche.

Leurs alliances matrimoniales sont extrêmement contrôlées, mais parfois très singulières. Les Quinto ont une règle très stricte : leur sang ne doit jamais se mélanger à celui des Aldana del Pilar y Gorgo, surtout jamais. Les histoires d'amour entre les deux familles sont rarissimes mais se soldent en général par des assassinats, des deux côtés. Il ne faut pas que le Sang de Phi-Hermetica-Trismegistos et de son frère de Ténèbres, Tau-Lemegeton-Orobas, se mélange un jour. C'est autant le voeu des dragons que des humains de la famille. Les Lope de Vega y Quinto sont affiliés aux Virgo della Cruz y Garcez mais ont également contractés nombres de mariages à l'étranger, principalement à Wuweishu.

Leur devise est « Lumen rectis » : la lumière est dans la droiture. Les Lope de Vega y Quinto se targuent en effet d'être fiers et droits, d'être des guerriers, des parangons de vertu guidés par un Dragon de Lumière. La plupart des hommes et des femmes de la famille dédient leurs vies à la guerre, ou au maintien de l'ordre et de la rigueur : ils ont à leur charge une milice Aérienne de leur création, "El Ojo Omnisciente", l’Œil Omniscient. C'est une sorte de police uniquement aux ordres des Quinto faisant respecter leur loi et qui leur sert également de pouvoir de pression quand ils en ont besoin. Car ne vous fiez pas à leurs nobles allures : les Lope de Vega y Quinto sont d'actifs participants du Grand Jeu et estiment que les laxistes Ortega devraient céder leur place à des gens plus strictes et surtout... plus dignes.

Famille Virgo della Cruz y Garcez
Les Virgo della Cruz y Garcez sont une famille certes moins prestigieuse que les Gorgos, les Ortega ou encore les Quinto. Non, eux n'ont pas d'illustre ancêtre draconique, ni de pouvoirs occultes et terrifiants. Mais plutôt que de s'en blâmer, ils se targuent au contraire d'être des "gens vrais", des authentiques personnes qui sont arrivés là à la sueur de leur front et par leur capacités, sans s'aider de quelque magie, dragon ou artefact pernicieux. Et c'est sans doute ce qui explique qu'ils soient si bien vu du peuple Aérien. Bien sûr, les Garcez font bien des orgies, abusent de leurs pouvoirs et aimeraient bien mettre le derrière de l'un des leurs sur le trône mais ce sont des gens "biens". Des Messieurs et Madame tout-le-monde qui ont su tirer leur épingle du Jeu. Enfin, c'est ce que le peuple pense.
Car les Virgo della Cruz y Garcez ne sont certes pas des enfants de cœur. Ils sont partis de rien mais ont su se frayer un chemin parmi les requins, à force d'alliances, de mariages et de l'argent amassé, toujours plus d'argent et encore et encore de l'argent. Les Garcez ont la main-mise sur le commerce du tissu, et leurs fabriques sont assurément les plus fameuses des territoires et... les plus rentables. Remplies d'ouvriers sous-payés - quoi ? Des esclaves ? Mais non voyons ! - leurs fabriques rapportent gros. Ils se sont spécialisés dans le luxe et ils habillent la plupart des nobles têtes des Territoires.

Car lorsqu'on a pas les conseils de dragons ancestraux, il faut avoir des idées. Et de l'argent pour tout acheter : l'affection du peuple qu'ils persuadent à grands frais en alimentant des œuvres faussement caritatives qui font tourner les orbes en circuit fermés, directement de leurs coffres à leurs coffres. La femme, chez les Garcez, est un placement comme un autre et l'on refourgue ses enfants au plus offrant pour renflouer toujours plus les caisses familiales. Les femmes grandissent dans un véritable gynécée, sont éduquées à être belles et plaisantes afin de faire les meilleures épouses possibles et l'on veille farouchement à leur virginité en leur coupant tout contact avec les hommes, en dehors du patriarche de la famille. Mais il ne faut pas croire : les orgies sont aussi un moyen d'éduquer ces jeunes femmes à satisfaire toutes sorte de besoins, même les plus vils.

Leur devise : Absque argento omnia vana: Sans argent, tout effort est vain. Et ces dernières années, les Virgo della Cruz y Garcez ont réussi à marier l'une de leur fille parmi les Quinto, un placement plus que rentable, dont ils amassent aujourd'hui les bénéfices en espèces sonnantes et trébuchantes. Leur prochaine étape est sans conteste la famille Gorgo...

Les familles mineures


Famile Certeza del Orgullo y Castellanos
Les Certeza del Orgullo y Castellanos sont une vieille famille de la noblesse aérienne. Il s'agit d'une des plus importantes maisons mineures d'Aeria. Ils doivent une partie de leur prestige à quelques dragonniers ayant vécu il y a plusieurs siècles, ainsi que de nombreux stratèges et autres génies militaires ; sans oublier les alliances matrimoniales, qu'ils cherchent les plus prestigieuses possibles, en témoignent l'union de la sœur de l'actuel chef de famille, Iosif Certeza del Orgullo Castellanos et Hakim III, le précédent sultan de l'Ancienne Khi-Saab. Depuis peu, le cadet de la branche principale a rejoint Lindorm accompagné d'une Dragonne d'Air, ce qui pour beaucoup augmente encore leur prestige après une longue période où les dragonniers Castellanos se faisaient rares. Les membres de cette famille se lient principalement avec des Dragons d'Air et assimilés, ainsi que certains dragons qui rétrospectivement comme appartenant à l'essence de Lumière, d'après les tableaux et autres descriptions qui sont conservés avec le plus grand soin.

Si Iosif Certeza del Orgullo y Castellanos est réputé pour être un grand esthète, on lui reproche parfois ses largesses, donnant parfois des réceptions grandiloquentes et surtout au-dessus de ses moyens contribuant, même s'il le cache, à la progressive ruine financière de sa famille – mais toujours très courues... Ainsi que son opportunisme un peu trop marqué, puisqu'il se comporte en vrai girouette, cherchant toujours à s'attirer les bonnes grâces du régime en place. Certaines mauvaises langues le surnommant d'ailleurs « L'Inconstant » dans son dos, estimant qu'il pourrait trahir père et mère sans le moindre remords.

Leur devise est « Fides, Verbum et Gladius » : la foi, le verbe et l'épée. Il se piquent, en effet, d'être de grands dévots, et certains Certeza del Orgullo y Castellanos des branches secondaires ont dédié leur vie à la religion ; d'autres jouent les saints patrons des arts, et se piquant même parfois de littérature. Mais beaucoup se dirigent vers l'armée territoriale, par tradition familiale.

Famile Suarez de Cristo y Delaga
La famille Suarez de Cristo y Delaga sont une famille de la noblesse mineure basée à Bianca, mais qui sait faire parler d'elle grâce à la singularité de ses membres. Ils se partagent l'héritage du grand navigateur Arturo Michalotto Suarez de Cristo y Delaga qui découvrit des îles au sud d'Aeria et en ramena épices, poudres et autres saveurs exotiques. Si l'on parle souvent des réceptions des Certeza del Orgullo y Castellanos, la noblesse n'est pas sans vanter les banquets, festins et autres dîners d'agrément organisés par les Delaga, véritables trublions du goût toujours en quête de saveurs surprenantes et de soirées mondaines où faire briller leurs chefs cuisiniers d'exception et leurs produits d'ailleurs : ils font cultiver le bambou, la canne à sucre, le safran et d'autres épices. On leur doit l'introduction dans la cuisine du pays d’éléments comme le curry, le gingembre, la cardamome verte, le cubèbe ou encore le curcuma, le Garam masala rapporté de chez les Roroas et l'oignon Weishi.

Les repas des Delaga sont somptueux, gargantuesques, interminables. Beaucoup d'invités de la famille ont vu le patriarche dévorer un paon rôti entier avant de se gaver de pâtisseries pour finalement le voir aller se faire vomir avec d'autres invités pour recommencer à manger. Son fils, Sandoval Espero, a une faiblesse pour les sucreries malgré ses cinquante ans et une autre moins avouable pour... les petites filles. Là où les Delaga se gorgent et se gavent jusqu'à l'indigestion - le père Delaga est d'ailleurs récemment mort d'une indigestion - le nouveau patriarche quant à lui préfère se consacrer à ses jeux de poupées avec de pauvres enfants qu'il achète à des parents esseulés... l'homme souffre d'un fort diabète, ayant décidé de ne plus se nourrir que de cognac et de pâtisseries.

Leur devise est « Aut bibat aut abeat » : Buvez ou retirez-vous. Acceptez les offres ou partez, sachez faire honneur à vos hôtes et invités car c'est le plus important pour cette famille : savoir recevoir, et savoir être reçu.


Limlug est un compte MJ. Merci de MP un autre membre du Staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Noblesse et Grand Jeu en Aeria.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: Trouver sa Voie :: Index de Draconologie :: Les Annexes-