AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Silence ! On tourne... en bourrique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatarInvité
Message Mar 5 Mar - 20:06

    Ivan avait à peine eut le temps de revenir du front, de cette attaque violente et brutale dans ce port où ils avaient affrontés des wyrms. Ils étaient une quarantaine au départ, dragonniers et soldats. A peine une poignée en avaient réchappés. Mais du côté des wyrms, ce n’était guère mieux, quelques pauvres survivants éparses. Et ce combat dans tout ça, il avait rapporté quoi ? Il ne savait plus très bien. Seul le sang et la cendre l’imprégnait désormais. Il ne savait plus vers qui se tourner, Burya ne pouvait plus faire grand-chose pour lui à part le soutenir mentalement, malgré sa bonne volonté, il n’était pas humain, donc il avait du mal à comprendre ses soucis de sang-chaud.

    Pendant un instant, il imagina le visage de Gwen Garon, elle était douce et prévenante, sans doute aurait-elle accepté qu’il vienne lui confier ses doutes et ses peurs. Mais il se ravisa, elle n’était que pureté, il aurait l’impression de la souiller rien qu’en respirant le même air qu’elle. Alors il se ravisa dans sa solitude et se hâta de prendre un bain pour tenter de se calmer. Il avait droit à du repos vu la situation exceptionnelle. Se laver, manger et dormir, mécaniquement, sans conviction, juste pour répondre aux besoins du corps.

    Et alors qu’il ne savait pas quoi faire de son temps, les autres professeurs lui demandèrent de s’occuper d’un cas spécial, une élève difficile, une terra. Il se demandait pourquoi Gwen ne s’en occupait pas et il s’attendit à avoir une véritable délinquante en puissance. Le tableau qu’on lui brossa lui fit comprendre le fond du problème, c’était une sorte de sauvageonne qui avait grandi dans la forêt et avait… de gros problèmes de sociabilité. Et c’était à lui de s’en occuper ? Ils avaient fumé ou ils étaient seulement désespérés ? Enfin bon, il allait s’en occuper quand même.

    Il leur avait demandé de lui envoyer dans le gymnase, où ils seraient seuls pour un entrainement. Peut-être qu’un peu de sport leur permettrait d’avoir un bon contact. Et quand on dit sport avec Ivan, il faut comprendre, combat bien bourrin.

    Assis contre un mur, la faux sur les genoux, il attendait qu’on lui envoie la jeune femme en question. La journée allait être longue…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mer 6 Mar - 17:14

    L'après-midi même, on m'était tombé dessus. Parce que ce n'était pas un comportement normal pour une jeune fille, pour une élève de Lindorm. Je les avais écouté, sans un mot. Je n'avais pas sourcillé alors qu'ils me criaient dessus, comme sur une enfant. Sauf que je n'en étais pas une, depuis bien longtemps. J'avais perdu ce droit dans la forêt et surtout en suivant Alessandro. Car je n'avais pas le droit d'être une enfant, parce qu'une enfant ne pouvait survivre. Je restais droite, ne bougeant plus. On m'engueulait, mais je ne bougeais pas. On me reprochait d'avoir dormi avec Eoghan, d'avoir pris mon bain dans le lac et d'avoir manqué de tuer une autre élève à cause du froid. Et d'avoir encore mes armes. Armes que j'avais gardé dans mon dos pendant toute la conversation parce que je refusais de m'en séparer. Et lorsqu'on avait voulu me la prendre, mon bras avait frappé la main de plein fouet, la faisant dévier pour qu'elle n'y touche pas. Et des remontrances supplémentaires m'arrivèrent dessus. Sauf que je ne bougeais toujours pas. Je l'observais, en restant le plus impassible. Et je voyais bien que je désespérais la femme en face de moi. C'était aussi simple que ça, je la désespérais.
    On me laissais dans un bureau, avant que soudain elle ne revienne. Je me relevais, m'attendant à l'entendre à nouveau me hurler dessus mais non, rien. Juste un soupir en me voyant à nouveau si droite, si impassible, si neutre.

    -Toi, t'es attendu au gymnase. T'as besoin d'un dessin ou tu sauras y aller.

    Mon regard se fit plus dur alors que je me mettais à marcher, sans même lui répondre d'une quelconque manière que ce soit, frappant son épaule au passage, et n'écoutant ni ses cris, ni ses insultes et remarques supplémentaires. Elle était pionne dans un sens mais sans respect pour moi, je n'en avais aucun à avoir pour elle.

    Je suivis les couloirs, allant vers cet endroit qu'on m'avait vaguement montré le premier jours. Je m'étais dit que j'y passerai assez vite, je n'avais pas pensé si vite. C'était étrange, je n'aimais pas trop cet endroit. Eoghan avait ressenti ce mal aise. Lui était entourés de semblables. Je n'avais jamais considérer les hommes comme mes semblables et je n'arrivais pas à me faire à l'idée qu'il puisse jamais en être ainsi. Ses personnes … j'étais trop différente, ils étaient trop différents. Un dragon, ou qu'il soit, reste un dragon, mais les hommes, même du même sens ne peuvent vivre de la même manière. Une étrangère, voilà ce que j'étais, bien plus que les autres qui pouvait venir des quatre coins du monde. Moi, je venais d'un autre univers, et maintenant c'est le silence qui m'entourait.
    On me jetait des regards. J'entendais des murmures. Personne ne me connaissait, on me dévisageait, jetant des coups d’œil à ce fourreau dans mon dos.

    -Tu la connais ?
    -Nan, elle est pas nouvelle ?
    -Je sais pas, elle a des armes, les nouveaux n'y ont pas le droit d'ordinaire ?
    -Sérieux, elle est là depuis quand ? C'est la première fois que je vois sa tête …
    -Mais t'as vu ça, elle se balade pieds nus, elle est folle ou quoi ?

    Et ça n'arrêtait pas. Ça et d'autre choses. Je laissais couler, sans y faire attention. Habillé simplement, avec des vêtements qu'on m'avait donné en attendant qu'on en fasse venir d'autres pour moi. Une simple chemise large et blanche et un pantalon en toile plus épaisse ainsi que des bottes que je tenais à la main. Et à ma ceinture, une petite escarcelle avec de quoi me faire comprendre si j'en ressentais le besoin.
    Je poussais la porte du gymnase et y entrais, laissant derrière moi les autres. C'était une vaste et grande salle, vide, à l'exception d'un pas qui était assis contre un mur, avec une étrange arme sur les genoux. Laissant les chaussures à l'entrée, je m'approchais de lui, doucement et à une dizaine de pas, je m'arrêtais, mis mon poing fermé contre ma peau, contre mon cœur avant de pencher le haut du corps en avant , la tête en particulier en fermant les yeux pour le saluer avec respect, comme j'avais fait avec tous depuis le début. Ma tête se pencha quelque instant avant que je ne me redresse et droite comme i ne le regarde. Pourquoi m'avait-on dit qu'il fallait que je vienne ici, lui aussi allait me crier dessus, m'engueuler pour ce que j'avais fait ? Très bien, je ne bougeais pas, attendant sa réaction.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mer 6 Mar - 17:41

    Pendant qu’il attendait, Ivan semblait s’être plongé en méditation, du moins il avait les yeux fermés et réfléchissait tranquillement à la situation. Il repensa à tout ce qu’on lui avait dit sur la jeune femme qu’il devait rééduquer selon ses collègues. Une sauvageonne qui avait grandie toute seule dans une forêt, amie avec son dragon seulement, elle avait eu une sorte de père spirituel qui s’était fait tuer. Jusque là rien de particulier mais elle était une curiosité qui rendait ses collègues fous. Elle dormait avec son dragon, communiquait avec un carnet car ne parlait pas et se baignait à poil dans le lac pour se laver. Bref, elle ne faisait rien de civilisé, incapable de dormir dans sa chambre ou de se servir d’une douche comme tout le monde. Mais le problème principal résidait dans le fait qu’elle était armée et refusait de se séparer de ses lames, ce qui inquiétait tout le monde. Enfin si on prenait le problème à l’envers on comprenait mieux. Elle était comme un animal sauvage, rester armée devait être un réflexe de survie. Enfin, il verrait bien en temps et en heure.

    La jeune femme entra alors dans les lieux, ils étaient seuls. Ivan ouvrit les yeux pour la regarder. Elle était certes habillée plus normalement, ce qui était un bonus indéniable par rapport à des peaux de bêtes mais son regard trahissait une lueur d’animal sauvage. Elle le salua, au moins, elle avait déjà apprit des bases de politesse. Elle semblait résignée et attendait. Il parla d’une voix calme et douce.

    Alors ? C’est toi Silence…

    Pas de réponse, bien entendue, il s’y attendait tout de même…

    Vraiment pas bavarde comme fille… enfin, ce n’est pas grave…

    Il se leva et attrapa sa faux avant de faire quelques pas.

    On dirait que tu as un peu de mal à t’adapter. Je comprends cela dit. Mais tu ne t’amélioreras pas tant que tu persisteras à faire les choses différemment des autres. Je parle aussi des jolies lames que tu transportes. Mais bon, si tu refuses de t’en séparer, c’est que tu dois être forte n’est-ce pas ?

    Aucune réponse, aucune réaction, encore heureux qu’il ne devait pas la draguer aussi, ca serait un cauchemar.

    Et bien soit, si nous ne pouvons pas nous exprimer avec des mots, essayons une méthode plus universelle.

    Le sexe !

    ……
    ………
    Ou pas. En fait, Ivan avait levé sa faux dans un geste vif avant de lancer une taillade horizontale en direction de la jeune femme. Bien sûr, un guerrier de sa trempe et son expérience était tout à fait capable d’interrompre son geste au dernier instant mais quelque chose lui disait qu’elle allait se défendre. Tant qu’à faire autant évaluer ses capacités vu qu’elle les avait acquis à la sauvage…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mer 6 Mar - 19:51




    Alors ? C’est toi Silence…

    Oui, c'était lui que je devais voir, il connaissait mon nom. Je l'observais, il était étrange, intriguant un peu mais je ne bougeais pas. Non, juste un léger mouvement de tête avant qu'il ne renchaîne.

    Vraiment pas bavarde comme fille… enfin, ce n’est pas grave…

    Ne lui avait-on pas dit que je ne pouvais pas parler ? Peut être, tant pis, ça commençait bien. Je le regardais se lever, et prendre son arme, pour s'approcher. Je ne bougeais pas, l'observant alors qu'il s'avançait vers moi.

    On dirait que tu as un peu de mal à t’adapter. Je comprends cela dit. Mais tu ne t’amélioreras pas tant que tu persisteras à faire les choses différemment des autres. Je parle aussi des jolies lames que tu transportes. Mais bon, si tu refuses de t’en séparer, c’est que tu dois être forte n’est-ce pas ?

    Je ne bougeais toujours pas même s'il commençait à m'observer et à tourner comme un animal. Ça m'inquiétait un peu, je le fixais du regard, m'apprêtant à réagir à la moindre de ses actions. Je sentais que cela changeait, qu'il était prêt à faire quelque chose, comme avant, comme dans la forêt.

    Et bien soit, si nous ne pouvons pas nous exprimer avec des mots, essayons une méthode plus universelle.

    Et ce que j'avais pressenti arriva, et mon corps se plia en deux alors que je vis l'éclat de la lame bouger. Il avait attaqué, et dans ma parade, j'avais saisi mes armes qui, aussitôt que son coup fut passé, je passais au travers de la faille et ma lame se pose contre son cou, sans le toucher, le frôlant à peine à vrai dire alors que mon autre falcata se préparait à parer un retour de son arme étrange.
    Le principal atout de ces deux fines lames sur les longues comme une lance ou un javelot, c'est qu'une fois passé au travers de la garde, la défense devenait bien plus difficile. Pourquoi m'avait-il attaqué ainsi. Son coup était juste, précis, fait par quelqu'un de fort, qui savait ce qu'il faisait mais je n'étais pas faible.
    Mon visage, mon regard s'était durci à la seconde ou cette arme s'était levé contre moi. Je ne savais pas pourquoi il avait voulu faire ça, mais ça ne serait pas sans conscience. Doucement, je me reculais d'un pas, en laissant mon arme pointé vers lui. S'il voulait se battre, très bien. Mais pas question qu'il me prenne encore par surpris, c'était lâche, et pas honorable à mes yeux.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Sam 9 Mar - 16:49

    Ivan n’attendait rien. Depuis son arrivée, il se fichait bien d’être détesté, il avait toujours enseigné à la dure, la guerre était impitoyable dehors et on ne formait pas les élèves à y survivre en les ménageant. Toutes les situations leur tomberait dessus, y comprit les attaques surprises ou foireuses. Souhaitant dans un premier temps tester les réactions de la jeune femme, il lui tourna autour pour la jauger, voyant qu’elle se méfiait comme un animal sauvage. Puis sans crier gare, il envoya sa faux dans un grand coup circulaire.

    La jeune femme réagit rapidement, dégainant ses armes et profitant de la faille d’une arme d’hast pour s’immiscer dans sa garde et lui braquer une lame sous la gorge tout en bloquant un retour de la lame de la faux de l’autre. Elle ne semblait pas contente mais il s’en fichait bien. Elle recula lentement, il avait un sourire amusé sur le visage.

    Bien, au moins, tes armes ne sont pas là pour la décoration et tes réflexes sont honorables. Voyant maintenant ce que cela donne si on monte un petit peu la difficulté…

    Ivan attira d’un coup son arme à lui avant de foncer sur la jeune femme, la feinter pour se glisser en bas et lui faucher les jambes, avant de la laisser se relever et reprendre un peu de distance.

    Toi qui a vécu dans le monde sauvage, tu devrais savoir mieux que quiconque certains prédateurs sont parfois imprévisibles.

    A priori, on pouvait croire qu’Ivan avait prit de la distance pour lui permettre de jouer à fond sur la portée de son arme. Mais rien n’était plus faux, il avait parfaitement conscience des faiblesses de son arme large et savait très bien s’en servir. Contre toute attente, il fonça sur la jeune femme, cherchant le contact. Il avait totalement changé de prise sur sa faux, la prenant plus près de la lame. De cette façon, il perdait en portée mais l’ouverture disparaissait. Il démontra une parfaite maitrise de son arme, tournoyant avec agilité et force. Silence se retrouva à devoir parer les assauts de lame mais aussi du manche dont il servait comme arme contendante. En un mot, il l’avait bluffé et la jeune femme n’allait pas l’avoir aussi facilement cette fois…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Silence ! On tourne... en bourrique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: rp V1-