AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Escorte malgré lui.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatarInvité
Message Lun 31 Déc - 22:46

Le soleil brillait malgré la froideur de décembre. Ervin marchait sans but réel, aillant des vacances et nul part où aller. La semaine tirait à sa fin et le professeur n’avait rien à faire, du moins rien qu’il l’inspirait. Il avait enfilé son manteau le plus chaud et était seulement parti prendre une marche sans d’objectif à atteindre. Cela faisait étrange pour le médecin a l’ancienne carrière militaire. Il était libre de son choix et pour la première fois il ne savait pas quoi en faire. On lui avait toujours dit quoi faire et où il devait aller. Il avait une démarche lente et s’était que perdu dans des réflexions obscures. Passant d’une idée à une autre. Le vent frais n’avait rien de comparable à ce qu’il a vécu dans le nord pendant ses nombreuses campagnes, mais il en était pas moins froid. Son visage était légèrement rosé à cause du froid qui lui caressait le visage soufflé par un vent des plus inconstant. Le cou bien caché par le colle de son long manteau il ne craignait pas de prendre froid à la gorge. Malgré qu’il portait des gants en cuir il avait laissé ses mains dans les poches de son manteau. Il avait beau être sur une ile sécuritaire il portait toujours son katana à sa taille.

La route avait été jusqu’ici calme et sans encombre. Il n’avait pas croisé une seule personne, c’était bien étrange. Normalement il aurait croisé quelques passants, quelque chose clochait. Son instinct militaire imaginait déjà le pire scénario possible. Son pas s’accélérait alors qu’une de ses mains quitta sa poche pour venir se poser sur la garde de son arme. Le battement de cœur se rendait jusqu’à ses tempes et battait comme un tambour de guerre. Il revoyait déjà le dernier champ de bataille où il tenait on jeune homme dans ses bras pendant son dernier souffle. Après avoir monté une petite bute ou le chemin montait légèrement, il vit un regroupement de personnes. Il y avait une petite caravane d’artistes ambulants. Ervin figea un moment en fronçant les sourcils. La guerre l’avait marqué au fer rouge et il n’y avait rien à faire. Cependant il ria jaune de la manière qu’il s’était emporté aussi facilement. Ervin avait de quoi à ce trouvé idiot. Replongeant sa main dans sa poche il continua son chemin à s’approchant de ce petit festival imprévu. Ervin avait repris sa lente démarche et continua son chemin. Toutefois, un petit spectacle de marionnettes avait attiré son attention. Il se souvenait en avoir regardé quelques dans son enfance avec son ami Philip. Le temps avait fait drôlement les choses, les voici maintenant dans un camp différent. Même adulte ce spectacle l’avait attiré comme un gamin.

Le thème était bien sûr sur l’académie et le tout amené avec une certaine d’ose d’humour douteuse. Ervin lui n’avait pas lâché un seul rire, ni même démontrer un seul sourire. Il eu un passage où les héros de l’histoire qui était de jeunes étudiants allait combattre le chef de wyrm. La vulgaire caricature que la marionnettiste avait utilisé pour jouer Philip avait mit Ervin hors de lui. Il sorti de la petite foule en bousculant les spectateurs.

-Il n’y a rien de drôle dans la guerre.

Ervin avait lâché cette phrase comme un jurons et s’était rapidement mit à l’écart. Il avait les poings serré et les joues rougit de rage. Cette histoire bien ridicule il l’avait pris bien trop à cœur. Alors qu’Ervin continuait son chemin il vit une femme. Ce n’était pourtant pas la seule dans les environs, mais celle-ci avait étrangement attiré son regard. Elle paraissait faire son chemin seule, c’est bien cela qu’Ervin trouvait étrange.

-Damoiselle, il n’est pas prudent de voyager seule.

En quoi c’était ses affaires? Comme il se trouvait ridicule. Il ignorait s’il elle était vraiment celle, ci cela se trouve elle était possiblement avec la caravane et de toute manière il savait bien que homme ou femme il ne fallait pas se fier aux apparences. Toutefois, il s’était déjà lancé sur le sujet alors reculer maintenant lui donnerait un air encore plus ridicule.

-Si vous voulez je connais bien les lieux, je pourrais bien vous tenir compagnie jusqu'à votre destination.

Ervin avait un sourire des plus chaleureux, malgré ses yeux d’acier qui projetaient encore un peu de colère. Malgré tout il avait gardé son côté chevaleresque. Il était tout innocent dans ses propos et si sa se trouve il avait devant lui quelqu’un qui appliquait pour un poste à l’académie ou voir même un étudiante. Tous les scénarios étaient possibles.

-Je suis Ervin Mikelis. Professeur à l’académie de Lindorm.

Visiblement le professeur ignorait bien à qui il avait affaire. Il offrait ses services de manière noble à une parfaite inconnue. Bien qu'il n'avait pas un nom de légende et n'avait rien fait des plus marquant dans l'histoire, il avait toute fois une certaine réputation. Il était doué pour la médecine et c'était là où ce jouait ses combats.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mar 1 Jan - 1:49

Emmitouflée dans un manteau en laine blanche épaisse, la capuche relevée sur sa tête pour se protéger du vent frisquet en ce mois de décembre, Katell parcourait l'île de Laragon sans escorte aucune, sauf celle de son allié. Personne ne savait qui elle était et à dire vrai, personne ne semblait s'en soucier le moins du monde, ce qui l'arrangeait plutôt. Elle avait toujours détesté cet amas perpétuel d'hommes-glue, d'hypocrites qui ne pensaient qu'à une chose : le bonheur que leur procurerait la honte d'un acte totalement incontrôlé.

La jeune femme était le Gouverneur de Keven, un des six Gouverneurs des Nations du Territoire. Elle était sensée être l'une des personnes les plus respectées de ces terres. Et pour cela, elle devait également dispenser la bonne parole de Limlug, le Dragon Ancestral. Une réunion du Conseil du Territoire avait été invoquée et la jeune femme se demandait ce qu'était cette mise en scène. Cela faisait trois ans que les Wyrms avaient envahi le Territoire, à peine un an et demi qu'elle avait repris la fonction qui était maintenant la sienne aujourd'hui.

Et pendant ce laps de temps, elle avait également appris beaucoup de choses sur le rôle qui lui avait échu à la mort de son père. Fort heureusement, elle était secondée par un dragon fort avisé. Glaurung n'était jamais très loin d'elle, comme à cet instant où il s'était posé sur le toit d'une maison. Du fait de sa petite taille, il passait souvent inaperçu, ce qui était une bonne chose.

Observant la place où s'était installée une caravane, la jeune femme resta en retrait et ne se mêla pas aux badauds qui s'étaient regroupés pour satisfaire leur curiosité. Les saltimbanques éveillèrent l'intérêt des gens en montant rapidement une plateforme pour une représentation de marionnettes, qui attira visiblement les foudres d'un homme qui se mit à l'écart aussi vite qu'il s'était avancé... Curieux...

Puis il reprit sa marche et croisa sa route, l'interpelant comme tout gentleman l'aurait fait, décrétant d'entrée de jeu qu'elle était seule. Katell sourit doucement face à l'inconnu qui finit tout de même par se présenter. Ervin Mikelis, professeur à Lindorm... Il était plutôt charmant malgré le regard glacial et indifférent, témoin des restes de colère qu'il avait laissé éclater un peu plus tôt. Son propre sourire ne se ternit pas devant son attitude.

- Je vous remercie, monsieur Mikelis.

Pour le moment, Katell ne souhaitait pas se présenter, elle le ferait à un moment plus propice. Là tout de suite, elle était intriguée par un tel éclat. Cet homme avait eu à faire à la guerre pour réagir de la sorte, peut-être avait-il perdu quelqu'un de proche dans une échauffourée ?

- Pourquoi avoir réagi de la sorte ? Ces gens ne cherchent qu'à se distraire. Un peu de rire ne peut pas faire de mal par les temps qui courent.

Ce n'était nullement un reproche, juste un fait formulé d'une voix douce. La jeune kevii n'était pas vindicative de nature, juste quand la situation l'exigeait. Elle soutenait les efforts des gens qui s'efforçaient de ne pas sombrer dans la peur et la tristesse, même si ça doit être aux dépends de certaines personnes. La motivation à ne pas s'écrouler était le moteur d'un pays en état de fonctionner.

- Certes, la guerre est affreuse, c'est loin d'être un jeu, en effet. Mais nous ne sommes que des êtres humains, nous nous devons de tenir face à l'adversité. Le rire est un moyen comme un autre.

Elle ne voulait pas avoir l'air de lui donner une leçon, elle lui faisait juste part de sa pensée. Après, qu'il le prenne bien ou mal, ce n'était pas son affaire. Katell avait déjà bien assez à penser à d'autres choses autrement plus importantes.

- Je séjourne en ce moment à la Tour Perlée mais j'en avais marre de me trouver entre quatre murs. Je suis Katell O'Hara, enchantée.

La jeune femme sourit à nouveau et lui tendit une main franche. Elle était comme ça, spontanée et douce, sans aucune arrière-pensée ou aucun soupçon. En règle générale, elle se fiait surtout à ses intuitions et à celles très aiguisées de Glaurung qui continuait d'observer tranquillement son alliée sans pour autant intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Ven 4 Jan - 0:28

La pression de la colère chuta lentement et doucement une certaine chaleur au niveau des joues ce fit sentir. C’est que le gentleman qu’était Ervin s’était mis a fixé les yeux de la belle inconnue et lorsqu’il s’en rendit compte une certaine gêne le prit. C’est qu’elle était plutôt jolie tout emmitouflé dans son manteau ainsi. Les quelques mèches de cheveux platine qui s’étaient échappé du capuchon virevoltaient sous le petit vent. Le froid ne dérangeait en rien Ervin qui s’infusait occasionnellement de son feu intérieur pour chasser les engourdissements du froid hivernal.

- Je vous remercie, monsieur Mikelis.

Ervin hocha légèrement la tête en réponse au remerciement. Une sorte de ‘’De rien’’ muet. Le professeur trouvait que cette inconnue avait un petit quelque chose, une certaine prestance. Même sa posture avait quelque chose de charmant et d’autoritaire à la fois. Ervin qui avait l’esprit qui s’en allait partir dans une panoplies de rêveries concernant la damoiselle , eu un petit sursaut qui le laissait rester sur terre.

- Pourquoi avoir réagi de la sorte ? Ces gens ne cherchent qu'à se distraire. Un peu de rire ne peut pas faire de mal par les temps qui courent.

Il grimaça légèrement de honte. Il est vrai qu’il avait surement réagit brusquement, mais c’était si dur et les souvenirs si à vif. Ervin savait bien que ce n’était pas la guerre le problème, c’était les moqueries sur Philip. C’était son secret, son ami le chef wyrm. De toute manière ce n’est pas un truc à hurler sur tous les toits. L’inconnue avait un bon point. Rire était tellement le meilleur des baumes pour les plus graves blessures. Sur le coup Ervin ne se rappelait même pas de son dernier rire. Avait-il oublié comment? C’était -il perdu dans son rôle de modèle militaire? Pas le temps de réfléchir d’avantage sur ce sujet.

- Certes, la guerre est affreuse, c'est loin d'être un jeu, en effet. Mais nous ne sommes que des êtres humains, nous nous devons de tenir face à l'adversité. Le rire est un moyen comme un autre.

Il ne ressentait pas de reproche dans ses propos, seulement une explication bien amené. Il était très habile et éloquente. Sa voix avait quelque chose d’enchanteresse aux oreilles de l’Ignis. Une bonne chance qu’Ervin ne croit pas à l’amour au premier regard car il aurait parié la dessus. Il se disait simplement qu’elle était une personne charmante. Le sourire d’Ervin s’était un peu plus élargit et son regard avait pris une allure beaucoup plus chaleureuse.

- Je séjourne en ce moment à la Tour Perlée mais j'en avais marre de me trouver entre quatre murs. Je suis Katell O'Hara, enchantée.

Alors qu’Ervin retira délicatement son gant pour ensuite saisir de sa main nue celle de damoiselle O’Hara, il semblait légèrement absent un court instant.

O’hara? Cela me dit quelque chose. J’ai un blanc, je suis certain de la connaitre. Katell O’Hara j’ai déjà entendu ce nom!

Mystifié par son propre trou de mémoire, il lui déposa tout de même une bise du bout des lèvres sur le dos de la main de la gouverneur don il ignorait encore le véritable statut. C’était bien plus fort que lui, il l’infusa de son don. Envoyant une chaleur interne réconfortante et régénératrice. Il avait pris une certaine habitude de le faire à chaque contact, surtout a cause de Gwen Garon qui se tuait au travail.

-Je suis des plus enchanté damoiselle O’hara. Votre sagesse ne fait que me forcer de vous donner raison. Si vous voulez continuez cet échange en route, je pourrais bien vous escortez jusqu’à votre destination.

En doucette il lâcha la main de Katell laissant malgré lui ses doigts glissé sur cette main qu’elle lui avait gentiment offerte. Ervin se redressa lentement et étira légèrement son cou en observant un peu les alentours.

-Sauf si Damoiselle préfère profiter de cette drôle de foire.

Mais qui est-elle? Pourquoi je semble connaitre si bien ce nom, mais aucune lumière ne s’allume. Bon sang Ervy tu fou quoi mon vieux? Ta mémoire te lâche. Arrête de baver devant ses beaux yeux et ressaisi toi nom de dieu!
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Dim 6 Jan - 23:59

Ervin enleva son gant pour... Embrasser le dos de sa main ! Katell n'avait juste souhaité qu'une poignée de main et se retrouvait face à un homme qui se conduisait comme un vrai gentleman. Une douce chaleur se répandait depuis sa main et dans tout son corps, alors que ses joues se teintèrent d'une couleur rosée soutenue. C'est ce qui était le plus ennuyeux chez elle : quand la gène prenait le dessus, cela se voyait tout de suite. Mais en tant que femme dirigeante, la blonde savait passer outre...

- Je vous en prie, ne soyez pas si formel. Appelez-moi simplement Katell.

Ce géant blond était vraiment attentif mais la jeune femme avait bien vu qu'il cherchait à se rappeler quelque chose... À tout moment, il allait peut-être se souvenir que Katell était le Gouverneur de Keven, chose qu'elle ne voulait pas qui arrive tout de suite... Non pas qu'elle le cache, elle n'a aucun motif pour dissimuler ce genre de chose, surtout que Glaurung la suivait de près. Mais à cet instant, elle aurait voulu n'être qu'une jeune femme parmi d'autres, au moins pour la journée. Ses fonctions étaient si difficiles à porter parfois, et même si elle les accomplissait avec toute la force qu'elle avait, il lui arrivait de rêver être seulement libre.

Mais elle ne devait pas rêver... Du moins, pas dans cette vie.

- Je n'ai pas de destination précise en tête, juste le besoin de m'évader pour cette journée. Mais si vous devez faire quelque chose en particulier, dites-le moi, j'irai de mon côté.

Katell ne voulait pas importuner le professeur et ne s'en sentait pas le droit. Lui aussi avait des fonctions importantes alors elle comprendrait tout à fait s'il devait aller quelque part sans elle. Du moins, c'est ce qu'elle essayait de se persuader... Mais cette étrange sensation en sa présence, sa voix apaisante, la chaleur douce de son contact... Tout était déjà en train de lui monter à la tête...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mar 8 Jan - 1:32

Ervin se sentait bien étrange en présence de cette personne. Il avait renoncé à trouver d’où le nom de O’hara lui venait. Présentement il tenait seulement de garder la tête froide et ne pas dire ou faire de connerie. Car il ne se le cachera pas, elle ne le laissait pas indifférent. Il avait devenu qu’elle avait été frappé d’un sorte de coup de foudre lorsqu’il trouva même sa manière de se mouvoir à tomber. Elle avait une grâce qu’il ne serait d’écrire, une voix qui lui donnait une petite faiblesse aux genoux et un regard qui faisait accélérer son cœur. Les joues de blond étaient devenues légèrement rosé. Il ressentait même ses joues en feu, mais il se disait que le froid pourrait en être la cause.


Que se passe-t-il Ervy? Tu débloque ou quoi? Ce n’est pas la première femme que tu croise, qu’a-t-elle de différent de tous les autres? …..tout.

- Je vous en prie, ne soyez pas si formel. Appelez-moi simplement Katell.

Le large sourire qu’il avait aux lèvres s’effaça doucement, pas que la joie était parti seulement qu’il se sentait un peu idiot de sourire autant. Son sourire était resté en suspens dans le coin droit. Au moins un sourire en coin c’est plus discret que de montrer sa dentition blanche comme s’il était chez le dentiste. Il hocha seulement de la tête aux propos de Katell, même s’il trouvait cela plus charmant l’interpeller Damoiselle. Il y avait quelque chose de tendre dans cette idée, mais il ne voulait pas déplaire à cette femme. Aucune véritable raison le poussait à en faire ainsi, c’était une force bien plus fort que la raison.

- Je n'ai pas de destination précise en tête, juste le besoin de m'évader pour cette journée. Mais si vous devez faire quelque chose en particulier, dites-le moi, j'irai de mon côté.

Il y avait quelque chose dans cette voix, quelque chose qu’il ne comprenait pas. Son large sourire était revenu de lui-même. Il n’y pouvait simplement rien. Ervin ce sentait presque impuissant devant cette sensation qui le dépossédait de ses moyens. Lui qui était toujours maitre de lui, c’était une toute autre expérience.

-Damoiselle Katell, je n’es rien de prévu pour encore quelques jours. Je suis en congé, j’ai suivi mes pas et je suis tombé sur votre charmante personne. Je ne regrette pas d’être sorti prendre de l’air sous un tel coup de tête. Donc si ce hasard peu devenir utile pour vous tenir compagnie je n’y vois aucun inconvénient. Je me désolé a pensé que vous êtes surement de meilleure compagnie que je ne le suis, donc par ce fait je deviens égoïstement avantagé.

Il dévia son regard visiblement gêné par ce qu’il racontait. Les sourcils légèrement monté le rosé sur ses joues avaient pris plus d’ampleur. Il ignorait vraiment comment gérer ce genre de situation. Oui, il avait connu de jolies femmes et désirable, mais aucune qui l’avait bouleversé autant et en aussi peu de temps. Ervin posa ses mains dans son dos presque comme un militaire, mais il était plus décontracté.

-Marchons ensemble si vous le voulez bien.

Il lui tendit le bras pour l’invité à la balade. Ervin se découvrait gentleman lui-même, intérieurement il en riait bien. En faite tout ce qu’il désirait s’était un contact, un contact avec elle et elle celle. Il voulait faire partie de son monde pendant quelque instant. Il voulait savoir qui elle était, comment elle était vraiment. Il ne voulait pas qu’être abasourdit devant l’enveloppe externe, il voulait y voir le contenu. Sa curiosité avait monté en flèche et il se gêna même à penser à un baiser. C’était pourtant une idée chaste, mais Ervin n’avait jamais eu le temps pour ce genre de loisir. Le temps et une personne près de lui. Il faut dire que longtemps il ne se pensait pas attiré par les femmes. Celle-ci prouvait bien qu’il avait tort.

Ervin retourna la tête en direction de Katell. Il avait forcé son sourire a ce minimalisé en sourire en coin histoire de ne pas avoir l’air d’un idiot. Son regard d’acier était toutefois brillant. Surement il pourrait blâmer le vent frais si jamais on lui faisait la remarque, mais cela serait dur a croire. Ses yeux n’était pas luisant dû à de l’humidité, mais bien par une étincelle né de l’intérieur.

-Comme le hasard qui m’a fait aller à votre rencontre, nous trouverons bien une destination digne de votre beauté. Beauté? Je veux dire charme? Non votre personne…

Sa langue avait fourché et avait osé déclarer une telle bêtise. Du coup, il avait peur qu’elle ne se sauve en courant le laissant planter là. Il ignorait comment sa bouche lui avait désobéie, mais il ne faisait que s’en sentir plus timide. Il enfonça légèrement son cou sans ses épaules, cachant sa bouche dans son manteau comme pour se faire taire.

Et merde...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mar 8 Jan - 21:41

Ervin Mikelis était quelqu'un d'assez étrange, tour à tour souriant ou un peu gêné. Il lui avait tendu le bras de manière galante, attention à laquelle Katell fut très sensible. Et son coeur partit comme un cheval au galop au moment où sa propre main se posait sur le bras qu'il lui offrait. Les mots du Professeur la firent rougir un peu plus et sourire de manière joyeuse, démontrant par là que le trouble était partagé.

La jeune Gouverneur n'était pas ce qu'on pouvait appeler quelqu'un d' "expérimenté" sur le domaine sentimental. On pouvait résumer sa vie amoureuse à : rien. Protégée depuis l'enfance de la convoitise des politiciens qui cherchaient à tout prix à lui faire épouser leur descendance, Katell n'eut simplement pas l'occasion de se chercher quelqu'un à aimer. Même son passage à Lindorm n'avait pas été fructueux à ce niveau, si bien qu'une fois son apprentissage terminé et son année dans l'armée territoriale effectuée, la jeune femme était rentrée au pays et avait pris brutalement ses fonctions suite au décès de son père.

Bien sûr, les prétendants se bousculaient aux portes de son manoir, mais jamais elle n'avait eu la moindre envie de convoler. Ce qui était encore le cas aujourd'hui d'ailleurs. Pourtant...

Katell inspira un grand coup de manière discrète pour tenter de reprendre contenance. La chaleur d'Ervin ne l'aidait pas tellement mais elle trouvait ça si agréable qu'elle ne pouvait se résoudre à le lâcher. Ils firent donc quelques pas ensemble, sans parler, regardant un peu partout au fur et à mesure que la rue défilait. Pour la première fois peut-être de sa vie, la jeune kevii ne se sentait pas oppressée.

Une petite brise traversait l'île de Laragon, les lieux étaient tranquilles mais débordaient d'activités, c'était agréable. Beaucoup plus que de se trouver devant des vieux croûtons qui vous disaient du matin au soir ce que vous deviez faire. Observant Ervin discrètement, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de le trouver séduisant et beaucoup plus intéressant que la plupart des garçons qu'elle avait rencontré jusque là.

Restait maintenant à trouver un sujet de conversation décent... Ni trop personnel, ni trop banal, c'était un peu difficile...

- Vous travaillez à l'académie depuis longtemps ?

Voilà, ça c'était une idée ! Katell voulait lui montrer qu'elle s'intéressait à lui, mais pas au point de lui faire croire qu'il lui brouillait les neurones. Elle était une femme, après tout, et il fallait bien montrer qu'elle n'était pas sans cervelle, ce qui tout de même était loin de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Mer 16 Jan - 4:40

Ervin se redressa légèrement lorsque Katell lui prit le bras qu'il lui avait si bonnement offert. Gentilhomme qu'il était, il l'accompagnait dans cette marche sans but précis. Leurs talons claquait sur le chemin bien entretenu, décidément les taxes servaient bien à quelque chose. Un certain sourire en coin Ervin marcha au pas avec sa nouvelle rencontre. Il y avait une chose étrange en l'air et ce n'était pas Frago qui passa au dessus d'eux avec un certain étonnement. Le dragon de feu avait renoncer à intervenir et avait préféré laisser Ervin seul avec sa rencontre. Frago avait beau être un énorme dragon, il passait presque inaperçu sur cet île. Pas qu'il était camouflé ou discret, seulement que la présence des autres dragons le rendaient a la vue des hommes comme un simple passant de plus.

Dans un long silence le professeur ne trouvait pas les moyens d'ouvrir la bouche. Il avait peur de dire une bêtise, surtout qu'il ignorait toujours d'où il connaissait le nom d'O'Hara.. L'ignorance le rongeait doucement de l'intérieur , alors que du coin des yeux il admirait sa compagne de marche. Son ton pâle était des plus attendrissant. La peau de Katell inspirait la plus tendresse des caresses, mais Ervin secoua légèrement la tête à cette pensé. Comment osait-il penser à un tel contacte avec une inconnue, bien que celle-ci était des plus jolie. Heureusement pour dissipé le lourd silence gênant la damoiselle tenta une question.


-Vous travaillez à l'académie depuis longtemps ?


Ervin cessa de marcher et tourna la tête et les épaules en direction de Katell sans toutefois tenter de libéré son bras. Le professeur avait un fin sourire, en faite il était bien content de la question. Ce genre de sujet pouvait en enchaîné plusieurs sans que le silence revienne les hanté. Du moins c'est ce qu'il souhaitait , restait que voir comment les deux adultes allaient ce comporter.

-J'y enseigne depuis un peu plus de trois ans. J'adore ce boulot. J'adore les jeunes. Peu importe l'age de mes étudiants je les vois tous comme des jeunes fragiles.

Lorsqu'il disait qu'il adorait son boulot, il semblait y avoir un ''mais...'' muet. Il cachait visiblement quelque chose. Normalement c'est pas le genre de truc qu'il laisserait paraître, mais le regard de la jeune femme le déstabilisait jusqu'au profondeur de son être. Après un court soupire il enchaîna.


-On y est bien et de plus j'ai de super collègues. Je ne suis pas à plaindre. Je crois qu'aimer ce que l'on fait est bien la base pour bien le faire. Vous ne trouvez pas?

Il entraîna Katell à continuer de marcher. En fait , il ne savait pas vraiment pourquoi il avait arrêté au départ. Ervin était toujours tourmenté par une chose, ne pas savoir. Il n'ignorait pas qu'un détail lui avait échappé et cela le frustrait légèrement. Une chance que la présence de Katell le calmait , surtout le contact qu'elle ne semblait pas non plus vouloir brisé.

-Et vous damoiselle O'hara. Vous aimez ce que vous faites?

Gentiment il lui renvoya la balle. Il avait dit cela avec toute simplicité, mais au fond il espérait avoir réponse aux questions qu'il lui dévorait le cerveau. Ervin commençait avoir quelque peu chaud et rien à voir avec son don, c'était seulement la présence agréable et troublante de sa compagne de marche.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Sam 2 Fév - 11:48

Cette balade était rafraîchissante à plus d'un titre, et par certains côtés, plutôt chaleureuse... Ervin troublait Katell, beaucoup plus qu'aucun autre homme ne l'avait jamais troublée, mais elle ne pouvait pas se laisser aller. Il était professeur, elle était gouverneur, rien que la distance qui les séparait était grande, sans parler de leurs fonctions qui n'avaient pas le droit de souffrir d'une absence.

En soupirant discrètement, la jeune femme essayait de reprendre le contrôle sur ses émotions un peu secouées, ce ne fut pas aisé mais elle y réussit tout de même, offrant une apparence paisible et tranquille à quiconque regardait dans sa direction. Ervin stoppa net et l'observa alors qu'un sourire naissait sur son visage, en réponse indirecte à sa question. Sa verve provoqua un petit rire chez Katell, laquelle fut joyeuse de voir à quel point il s'était investi dans son rôle.

- Si vous aimez ce que vous faites, c'est le principal.

Elle était impressionnée, le fait d'aimer ce qu'on fait n'était pas à la portée de tout le monde, et le Territoire était déjà assez bien chamboulé pour que les gens n'arborent pas sans cesse des mines d'enterrement. La situation était grave, certes, mais était-ce une bonne chose que de se laisser emporter par la tristesse ou la colère ? Il y avait tellement peu de choses positives ces derniers temps, Katell voulait croire que la paix reviendrait un jour en ces contrées...

Pour cela que la question d'Ervin la prit par surprise... À son tour de s'arrêter mais avec une expression étonnée et songeuse. Aimait-elle ce qu'elle faisait ?

Être gouverneur n'avait jamais été un but en soi, Katell n'avait pas pris la succession de son père par plaisir d'être à la tête d'une nation, non. Elle avait accepté cette charge parce qu'elle croyait en son devoir, parce qu'elle s'était jurée de ramener la paix sur le Territoire, cette paix que son père avait réussi à maintenir jusqu'à sa mort. Mais au-delà de ses obligations, pouvait-elle dire qu'elle appréciait son poste actuel ? La question se posait...

- Disons que je n'ai pas une position des plus enviées par les temps qui courent... Mais je sais que grâce à ce que je suis, je peux me permettre des choses que je n'aurais pas eu le droit de faire en tant qu'être humain lambda.

Ce n'était pas une vantardise, juste un simple fait énoncé. Katell n'était pas du genre à étaler ce qu'elle possédait avec outrance, elle voulait juste aider les gens à se sentir mieux, comme elle avait aidé les guerriers à guérir de leurs plaies lors de son passage dans l'armée.

Puis au moment où elle souhaitait ajouter quelque chose, une petite ombre passa au dessus du couple et se posa sur un toit. Glaurung observait son allié qui lui sourit avec joie avant de se retourner vers Ervin en désignant le dragon émeraude.

- Je vous présente mon allié : Glaurung. Il ne peut pas s'empêcher de veiller sur moi, et malgré sa petite taille, il est l'un des dragons les plus redoutables. Personne ne peut s'approcher de moi sans qu'il soit dans les environs.

Penchant la tête en avant en guise de salutation, le-dit dragon gardait tout de même une expression suspicieuse, malgré le fait qu'il eut entendu qu'Ervin était professeur à Lindorm. On ne pouvait jamais vraiment savoir ce qui pouvait passer par la tête des gens...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Escorte malgré lui.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: rp V1-